Île-de-France

Score global

Position

Score

7ème

L'Île-de-France se place en septième position

La Région est première sur le bâtiment.
Elle se situe en quatrième position sur la santé environnementale, cinquième sur l'énergie, sixième sur les achats publics responsables et septième sur les transports.
Elle se retrouve onzième sur l'agriculture et dernière sur la biodiversité.

Palmares région

SCORE par thème

Cliquez sur chaque thème pour connaître le détail du score.

énèrgie
Energie
5ème7/20
Santé environnementale
Santé environnementale
4ème12/20
Biodiversité
Biodiversité
13ème5/20
Transport
Transports
7ème6/20
Agriculture
Agriculture
11ème7/20
bâtiment
Bâtiment
1er6/20
Achats publics Responsables
Achats publics responsables
6ème10/20

énergie

Position

Score

5ème
7/20

Énergie

Position

Score/20

Consommation d'énergie

2 ème

11

Consommation d'énergie fossile

3 ème

7

Production ENR électrique

Dernière

0

Projets ENR électrique

Dernière

1

Production ENR thermique

4 ème

14

Projets ENR thermique

9 ème

5

Projets citoyens

8 ème

2

Sur l'énergie, l'Île-de-France est septième

L'Île-de-France obtient son meilleur score sur la production de chaleur renouvelable (bois, solaire et déchets). Celle-ci progresse de 41 Gwh/million d’habitant,  ce qui place la Région en quatrième position.

La consommation d’énergie baisse en moyenne annuelle de 0,9 %, ce qui place la Région en seconde position. Ceci étant, elle est à peine à la moitié de l’objectif national qui est de -1,9 %. La diminution est très marquée sur le secteur de l’industrie (-4,8 %) et dans une moindre mesure dans le résidentiel (-2,4 %). A l’inverse, l’énergie consommée dans les transports ne baisse pas. Ce qui est préoccupant.

La consommation d’énergie fossile (directement responsable des émissions de gaz à effet de serre) baisse de 1,2 % annuellement, très loin de l’objectif national qui est de 5,5 %. Malgré tout, cette performance place la Région en troisième.

Avec des scores de 1 à 5 sur les autres indicateurs, l’Île-de-France fait de très mauvais scores et se place dernière sur deux critères.

La production d’électricité renouvelable (sur le solaire et les bioénergies) est en baisse, ce qui est pour le moins surprenant compte tenu des enjeux et des objectifs nationaux. Elle s’accroit néanmoins de 10 % annuels du fait de la production éolienne ; mais cette donnée n’est pas intégrée à l’Enviroscore car elle est liée aux engagements de l’exécutif précédent.

Les projets d’électricité renouvelable sont là encore extrêmement faibles avec une puissance attendue d’à peine 22 MW/million d’habitants, soit vingt fois moins que la Bourgogne-Franche-Comté qui est en tête sur ce critère.

Les projets de méthanisation (ENR thermique) sont modestes. L'Île-de-France est neuvième sur ce critère.

Enfin, avec un score de 2/20 sur les projets d’énergie renouvelable citoyens, la Région se retrouve en huitième position.

Pour en savoir plus :
Rendez-vous sur notre page Méthodologie et données

Santé environnementale

Position

Score

4ème
12/20

Santé environnementale

Position

Score/20

Pollution de l'air

7 ème

11

Utilisation de pesticides

3 ème

13

Sur la santé environnementale, l'Île-de-France est quatrième

Les épisodes de pollution de l’air sont restés stables, passant de 17 à 18 journées annuelles en moyenne, ce qui vaut à la Région un score de 11/20 et la situe en septième position.

L'Île-de-France réalise en score honorable avec une baisse significative de l’utilisation de pesticides : - 2,1 % annuels. Elle est toutefois à moins de la moitié de l’objectif fixé par l’Etat, dans le plan Ecophyto II+, qui vise une réduction annuelle de 5 %.

Pour en savoir plus :
Rendez-vous sur notre page Méthodologie et données

biodiversité

Position

Score

13ème
5/20

Biodiversité

Position

Score/20

Artificialisation des sols

Dernière

0

Prélèvements d'eau

5 ème

6

Qualité de l'eau (Nitrates)

11 ème

6

Utilisation de pesticides

3 ème

13

Production biologique

7 ème

5

Surfaces en conversion

6 ème

7

Sur la biodiversité, l'Île-de-France est dernière

La Région réalise en bon score avec une baisse significative de l’utilisation de pesticides (critère présent également sur d’autres axes) : - 2,1 % annuels. Elle est toutefois à moins de la moitié de l’objectif fixé par l’Etat français dans le plan Ecophyto II+, qui vise une réduction annuelle de 5 %.

Tous les autres scores se situent en dessous de 8/20.

La pollution des eaux de surface par les nitrates n’est pas maitrisée : la baisse est réelle, mais faible : la teneur moyenne en nitrate baisse à peine de 0,4 % en moyenne annuelle, alors que l’Île-de-France se situe parmi les trois régions avec le taux le plus élevé. De même, le pourcentage des prélèvements avec un taux supérieur au seuil de 40 mg/l baisse de seulement 0,1 point par an alors que c’est la région qui a un taux de dépassement le plus élevé.

La surface de production biologique est quasiment stable : elle n’augmente annuellement que de 0,9 point (passant de 2,4 % de SAU à 5 % en trois ans) , soit trois fois moins que PACA qui est en tête sur cet indicateur. Les surfaces en conversion représentent 2,4 % de la Surface Agricole Utile (près de trois fois moins que PACA), ce qui vaut à la Région une sixième place.

L'Île-de-France se place huitième sur les prélèvements en eau douce : ils augmentent de 0,5 % par an, alors qu’il y a urgence à préserver cette ressource si essentielle à la vie ; et donc à réduire nos prélèvements.

Enfin, l’artificialisation des sols est très préoccupante : 845 ha/km2 de surfaces naturelles ou agricoles sont détruites chaque année, soit deux fois plus que la moyenne des Régions. L’Île-de-France se classe dernière sur cet indicateur.

Pour en savoir plus :
Rendez-vous sur notre page Méthodologie et données

Transports

Position

Score

7ème
6/20

Transports

Position

Score/20

Consommation d'énergie

4 ème

6

Covoiturage

Dernière

1

Bornes de recharge

5 ème

14

Fréquentation des gares

11 ème

5

Trafic voyageurs RER/transiliens

2 ème

9

Aménagements cyclables

10 ème

7

Trafic aérien

4 ème

5

Sur les transports, l'Île-de-France est septième

L'Île-de-France est quatrième sur la consommation d’énergie fossile des transports, avec une stabilité (baisse moyenne annuelle de 0,01 %). Cette bonne position ne peut faire oublier que pour atteindre nos objectifs climatiques, il est impératif de réduire cette consommation de 5,5 % par an ; ce qui explique son score de 6/20.

La Région est également deuxième sur la fréquentation des trains régionaux (RER/transiliens) avec une augmentation annuelle moyenne de 2,9 % du trafic voyageurs. En revanche, la fréquentation des gares s’accroit d’à peine de 0,4 % annuel, ce qui lui vaut un score de 5/20 et place la Région parmi les trois dernières, en onzième position.

L'Île-de-France se place cinquième sur l’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques, avec un score de 14/20.

La Région est quatrième sur le trafic aérien, avec un score de 5/20. Le trafic passagers augmente en moyenne de 4 % par an. Or, le secteur est responsable à lui seul de 4,4 % des émissions de gaz à effet de serre. C’est pourquoi la fréquentation doit baisser de façon significative.

L'Île-de-France est neuvième sur les aménagements cyclables avec un score de 7/20. La croissance annuelle des aménagements est de 98 km par million d’habitants, soit environ un tiers de ce que réalise la Bretagne, première sur cet indicateur.

Enfin, la région est dernière sur les aménagements d’aires de covoiturage. Elle dispose d’à peine 581 places par million d’habitants, soit 6 fois moins que la Corse qui est en tête sur ce critère.

Pour en savoir plus :
Rendez-vous sur notre page Méthodologie et donnnées

Agriculture

Position

Score

11ème
7/20

Agriculture

Position

Score/20

Production biologique

7 ème

5

Surfaces en conversion

6 ème

7

Utilisation de pesticides

3 ème

13

Consommation d’eau

8 ème

6

Consommation d’énergie

8 ème

8

Artificialisation des sols

Dernière

0

Dotation jeunes agriculteurs

Dernière

8

Sur l'agriculture, l'Île-de-France est onzième

L'Île-de-France obtient un seul score au-dessus de la moyenne : elle réduit l’utilisation de pesticides de 2,1 % annuel (critère présent également sur d’autres axes), ce qui lui vaut un score de 13/20 et la situe en troisième position. Elle est toutefois à moins de la moitié de l’objectif fixé par l’Etat français dans le plan Ecophyto II+, qui vise une réduction annuelle de 5 %.

Les autres scores ne dépassent pas les 8/20.

La consommation d’énergie dans le secteur agricole (hors renouvelables) baisse à peine de 0,4 % chaque année alors qu’elle devrait baisser à un rythme dix fois plus élevé.

La modulation des aides à l’installation des jeunes agriculteurs » est très faible. L'aide, qui comprend le socle de base auquel s'ajoutent deux critères clefs (engagements agroécologiques et aide « hors cercle familial »), ne dépasse pas 17 400 € en moyenne, soit deux fois moins que ce que propose la Corse. La Région se situe en dernière position.

L’Île-de-France obtient de faibles scores sur l’agriculture biologique : la part de surface agricole consacrée à la production bio augmente à peine de 0,9 % point par an, et les surfaces en conversion représentent 2,4 % de la Surface Agricole Utile. Ceci vaut à la Région des scores, respectivement, de 5/20 et 7/20.

Les prélèvements d’eau augmentent annuellement de 0,8 % en moyenne, ce qui lui vaut d’obtenir un score de 6/20.

Enfin, l’artificialisation des sols est très préoccupante : 845 ha/km2 de surfaces naturelles ou agricoles sont détruites chaque année, soit deux fois plus que la moyenne des Régions. L’Île-de-France se classe dernière sur cet indicateur.

Pour en savoir plus :
Rendez-vous sur notre page Méthodologie et données

bâtiment

Position

Score

1er
6/20

Bâtiment

Position

Score/20

Consommation d'énergie

4 ème

6

Rénovations BBC

8 ème

2

Constructions passives

8 ème

1

Constructions neuves performantes

Première

15

Ecoquartiers

7 ème

11

Sur le bâtiment, l'Île-de-France est premier

L’Île-de-France obtient son meilleur score sur les constructions neuves performantes : 31 % des constructions bénéficient d’un label ou d’une certification. Elle devance très largement les autres Régions.

La Région obtient un score insuffisant (6/20) sur la consommation d’énergie dans le secteur résidentiel/tertiaire, avec une baisse moyenne limitée à 1,3 %. C’est pourtant le secteur où il est le plus aisé d’agir pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre et ainsi respecter nos engagements européens. Malgré tout, l’Île-de-France se place quatrième : beaucoup de Régions obtiennent donc des scores encore plus problématiques.

Sur l’indicateur « écoquartiers et aménagements durables », la Région se place en septième position, avec un score moyen de 11/20.

Enfin, l’Île-de-France se situe en huitième position sur les rénovations basse consommation et les constructions passives .Elle réalise de très mauvais scores : 2/20 et 1/20.

Pour en savoir plus :
Rendez-vous sur notre page Méthodologie et données

achats publics responsables

Position

Score

6ème
10/20

Sur les achats publics responsables, l'Île-de-France est sixième

L'Île-de-France est une des huit Régions à s'être engagée sur un Schéma de Promotion des achats socialement et écologiquement responsables (SPASER).

Depuis deux lois de 2014 et 2015, cet engagement est obligatoire pour toutes les collectivités dont les achats dépassent 100 millions d’euros annuels. Elle est largement recommandée pour toutes les autres.

Le SPASER de l'Île-de-France signé en 2019 est succinct. Il s'agit d'une déclaration d'intention, sans pour autant entrevoir un plan d'action opérationnel. il n'y a pas d'objectifs fixés. Il n'y a pas eu de comité de pilotage, associant élus et services, mis en place.

Depuis 2019, 21 engagements ont été fixés. Des  indicateurs ont été définis. Une personne pilote le SPASER sur la partie sociale, mais pas sur  l’environnement. Depuis un an, des premières actions ont été mises en place : des travaux sont réalisés sur certaines familles de produits, mais pas il n'existe pas de méthodologie structurée et un cadre stratégique établi. Pour aller plus loin, il manque visiblement un engagement des élus, des objectifs clairement fixés, une stratégie co-construite avec les différentes parties prenantes et des moyens alloués. 

Pour en savoir plus :
Rendez-vous sur notre page Méthodologie et données

Explorer les résultats des Autres régions

Auvergne-Rhône-Alpes Provence-Alpes-Côte d’azur Grand est Occitanie Normandie Nouvelle-Aquitaine Centre Val de Loire Corsica Bourgogne-Franche-Comté Bretagne Pays de la Loire Hauts-de-France Ile-de-France

Restons en contact !

Merci ! Votre inscription est bien prise en compte.
Oops! Something went wrong while submitting the form.